Nos tutelles

CNRS

Nos fédérations

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Archives > Manifestations scientifiques > Séminaires

« Bactériophages, des virus pour guérir des...

par Emmanuel Maes - publié le

« Bactériophages, des virus pour guérir des infections »

Aujourd’hui le Dr Laurent Debarbieux, de l’institut Pasteur de Paris, nous a fait l’honneur de nous présenter ses travaux et la fabuleuse histoire des bactériophages (famille des Caudovirus) et leur potentiel pour guérir les maladies infectieuses à bactéries. Il faut savoir que dans un seul verre d’eau de 100 mL d’eau de mer contient plus de 107 particules bactériophagiques. Monsieur Debarbieux nous a rappelé l’urgence de trouver de nouvelles parades contre ces maladies, en effet l’OMS a souligné en mars dernier l’urgence extrême d’agir.En effet , il est maintenant clair et prouvé que les antibiotiques même à très large spectre deviennent parfois inefficace contre certaines dans certaines pathologies infectieuses.

C’est dans ce cadre, que ses travaux de recherches s’orientent. vers la recherche de souches de bactériophages capables de lutter efficacement là ou les antibiotiques sont devenus inefficaces, comprendre les mécanismes d’action de ceux ci tant in vitro que sur des modèles animaux (murins en l’occurence).

Depuis le début du XX ieme siècle (Dr Hankin et Dr Helix d’Herelle) des travaux ont été entrepris sur des "microbes invisibles" (i.e. les bacteriophages) montrant leur réels efficacité à lutter contre les bactéries. Jusque dans les années 40, ces travaux furent prometteurs, mais ont laissé place à l’avènement des antibiotiques. Hormis quelques laboratoires (En Georgie et en Pologne), cette voie de thérapie a été quasiment abandonnée jusqu’au début des années 2000.
Depuis 8 ans maintenant son équipe travail a démontrer l’efficacité de ce nouvel outil thérapeutique et d’en décrire les mécanismes d’action. Il nous a ainsi montré et insisté sur le fait qu’il existe probablement un bactériophage par espèces souches de bactéries et que probablement il existe une ultra-spécificité de reconnaissance.

L’auditoire, nombreux, a été sans aucun doute ravi de ce séminaire. Merci au Professeur Jean-Marie Lacroix qui a invité notre conférencier.



un auditoire attentif